Les Hauts-de-France réaffirment leur engagement en faveur du gaz vert et visent la 1ère place européenne du biométhane injecté !

Les acteurs régionaux engagés dans le biogaz ont vu rouge à la lecture de la PPE – Programmation Pluriannuelle de l’Energie du Gouvernement.

Ils l’ont fait savoir lors d’une Conférence de Presse qui s’est tenue à Lille, le 21 février dernier. Jean Jacques DUBOIS, Président de l’Association Française du Gaz – AFG Hauts-de-France, Christophe BUISSET, Président de la Chambre Régionale d’Agriculture, Philippe Vasseur, Président de la mission rev3, se sont fait porte-parole de acteurs de la filière du gaz vert en Hauts-de-France, devant une dizaine de journalistes.

Conférence de presse du 21 février 2019 – Lille suite à la parution du projet de PPE. Photo : Mission rev3
La PPE prévoit en effet une baisse de production de biogaz de 25 % en nombre de terrawattheures par rapport à l’ancienne programmation et une réduction de 30 % en moyenne du prix d’achat à horizon 2023.

Pour la filière régionale, c’est incompréhensible au regard des nombreux avantages qu’offre le biométhane.

En 1er lieu, le biométhane contribue au développement d’une économie décarbonée et locale. Il réduit considérablement les émissions de gaz à effet de serre et de particules fines. Comme il est produit en local sous contrat, le risque « prix » liés aux achats extérieurs d’énergies est aussi moindre.

C’est aussi une formidable opportunité de diversification pour les agriculteurs qui ont bien besoin de trouver des relais de croissance, tout en maintenant leur activité première qui est de nourrir la population.

Enfin, il fait trait d’union entre ruralité et ville. Le gaz vert contribue au maintien, voire au développement des entreprises et des exploitations agricoles. Une unité de production moyenne de biométhane est en mesure de produire l’équivalent d’une consommation en gaz d’une petite ville de 1 200 foyers (cuisson, chauffage et production d’eau chaude), soit environ l’équivalent de la consommation de 4 000 habitants.

Photo : GRDF

Filière stratégique pour rev3 et pour les Hauts-de-France

Depuis, plus de 5 ans maintenant, le développement de la filière biométhane est considéré comme une des filières stratégiques de rev3.

En Hauts-de-France, son développement est exemplaire à plusieurs titres. Des acteurs de différents horizons se sont spontanément mobilisés au sein du CORBI (Comité Opérationnel Régional du Biométhane Injecté). Ce collectif très actif a contribué à la progression exponentielle des projets de biométhanisation. 11 sites sont en production (avec l’équivalent de 16 000 logements approvisionnés), 40 projets dont 90% sont portés par le monde agricole verront le jour en 2020, plus de 160 projets sont à l’étude…

Le mix énergétique n’est pas un vœu pieux. La dynamique engagée permet de prévoir de façon réaliste une injection de biométhane en 2030 qui représenterait près de 30 % du gaz réseau, bien au- dessus des 6 à 8 % prévus au niveau national, à horizon 2028.

Le territoire enfonce le clou et va plus loin dans la structuration de la filière, avec la construction, en 2020, d’un technocentre dédié à la bio-méthanisation dans notre région. Ce projet particulièrement stratégique et emblématique, véritable lieu d’échanges, répondra aux besoins de recherche opérationnelle, d’amélioration du process de méthanisation et au besoin de formations liées aux nouveaux métiers. Et ces compétences seront nombreuses. Le dernier rapport (2018) de l’Ademe table sur 11 000 emplois nouveaux, non délocalisables, liés à la filière biométhanisation en Hauts-de-France, à horizon 2050.

Les Hauts-de-France misent sur le gaz vert et visent la 1ère place européenne du biométhane injecté !

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR
/* ]]> */