SOLAR DECATHLON EUROPE 2019, un cocktail d’énergies positives pour la maison du futur. Une victoire made in Hauts-de France !

Crédit photos : l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

Si vous mélangez une dose de jeunesse, de créativité et d’enthousiasme et ajoutez une touche de rev3, vous obtiendrez le cocktail d’énergies positives qui a permis à une équipe d’étudiants des Hauts-de-France de rafler la mise au Solar Decathlon Europe 2019 !
Une formule magique qui vous ouvre les portes du futur en Hauts-de-France.
Sésame, ouvre-toi !

Le 28 juillet 2019, la seule équipe française à concourir, 100 % Hauts-de-France, a remporté en Hongrie, à Szentendre, le SOLAR DECATHLON EUROPE 2019. Cette compétition universitaire et internationale récompense la meilleure réalisation d’habitat économe en énergie, techniquement avancée, éco-responsable et 100 % à énergie solaire.

L’équipe régionale H2030, soutenue par l’association Habiter2030, est le fruit d’un partenariat pluridisciplinaire de plusieurs écoles et universités des Hauts-de-France, avec en 1ère ligne l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, les Compagnons du Devoir et du Tour de France de Villeneuve d’Ascq.

Lors de cette compétition en 10 épreuves, les équipes d’étudiants imaginent et présentent des prototypes d’habitat pour un avenir décarboné.

Crédit photos : l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

 

L’équipe H2030 s’est imposée un vrai challenge : transformer nos bien connues maisons de ville mitoyennes « type 1930 », vraies passoires thermiques, en maisons à énergie positive. Il en existe environ 700 000 dans notre région des Hauts-de-France… Ces maisons généralement en brique, caractéristiques de l’époque industrielle, souvent mal isolées, nécessitent aujourd’hui une réhabilitation massive pour lutter activement contre le réchauffement climatique.

Et bien pari gagné ! H2030 s’est même distinguée lors du concours dans trois domaines : « circularité et soutenabilité », « intégration urbaine et impact » et « bilan énergétique ».

Pour réussir, il faut dire que H2030 s’est donnée les moyens. Pendant deux ans, deux cents étudiants issus de 14 écoles, architectes, ingénieurs, designers, politistes et jeunes Compagnons ont construit une réplique des maisons de ville en optimisant sa construction d’un point de vue énergétique. Ils ont projeté une isolation privilégiant le sol et le toit avec des isolants écologiques à base de coton recyclé, dressé des enduits à base de chanvre, des rideaux pour moduler les espaces selon les usages et les saisons. Une serre permet d’agrandir la maison sur le jardin, un monte-personne de l’adapter au vieillissement de ses occupants.

Crédit photos : l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

 

Un « écosystème gagnant » s’est mobilisé

 

Les ingénieurs des Mines de Douai, du FSA Béthune, de l’Ensiame de Valenciennes, de Centrale, des Arts et Métiers et de HEI à Lille ont équipé la maison de technologies sophistiquées. Durant les deux semaines de compétition, les panneaux solaires et thermiques ont produit plus d’électricité que la maison n’en a consommée !

Les Compagnons du Devoir et du Tour de France ont partagé leurs savoir-faire avec les étudiants pour construire ce prototype à Villeneuve d’Ascq avant de le démonter, le faire voyager sur dix camions jusqu’à Budapest, et le remonter sur site pour la compétition.

D’autres écoles et universités des Hauts de France tels que l’ESAD de Valenciennes, l’EDHEC,
l’ESAAT, Sciences Po Lille et l’Université de Lille ont travaillé sur l’intégration sociale, urbaine et économique du projet.

Le parti pris qui a nourrit le projet tout au long de sa conception et qui a fait la différence le jour du concours… son inscription dans une cohérence territoriale globale (économique et sociale) : mobilisation des compétences et matériaux en local ; conception de l’habitat à l’échelle collective et non pas individuelle (l’énergie produite est mutualisée au niveau d’un îlot d’habitations au sein d’un quartier sensibilisé aux enjeux rev3).

Cette belle réussite devant des écoles d’architecture européennes prestigieuses, comme TU Delft, de Bucarest, et l’Université de Gand, n’aurait pas été possible sans le soutien de multiples partenaires nationaux et régionaux : collectivités, bailleurs sociaux, entreprises…

 

Quelle énergie, quelle force collective, quel engagement rev3 ! ce modèle a de l’avenir 

 

Le chantier de la réhabilitation énergétique est un enjeu qui dépasse celui de la technique, c’est un vrai projet architectural, humain, un gisement d’emploi et de formation de tous les acteurs du bâtiment. Cette réussite collective souligne aussi le potentiel de compétences pour la troisième révolution industrielle en région.

Les multiples partenaires de ce démonstrateur vont maintenant s’attacher à tirer tous les enseignements du prototype, développer la recherche et continuer l’expérimentation sur de véritables maisons pour les habitants qui souffrent de la précarité énergétique ! Ce sera le prochain défi humain, social, technique et architectural de l’association Habiter2030.

Bravo et merci à vous « engagés rev3 » !

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR
/* ]]> */