Rev3, Troisième révolution industrielle en Hauts-de-France, est née en 2013, de la rencontre des projets existants dans notre région et la vision de l’économiste Jeremy Rifkin, auteur de l’ouvrage de référence « La troisième révolution industrielle ».

Jeremy Rifkin, homme clé de la prospective mondiale, est l’auteur du livre intitulé la « Troisième révolution industrielle », ouvrage dans lequel il analyse l’étouffement de nos économies sous la dépendance des énergies fossiles et propose des solutions pour une croissance durable tout au long du XXIème siècle.

En étudiant les conditions qui ont déclenché les grandes révolutions économiques de l’histoire, il observe qu’elles se produisent à chaque fois que de nouvelles technologies de communication apparaissent et se conjuguent simultanément avec de nouvelles sources d’énergies (graphique ci-contre). Selon lui, la crise que nous connaissons aujourd’hui tient au fait que nous cherchons à restaurer ou prolonger artificiellement les « vieilles recettes » de la deuxième révolution industrielle, plutôt que de se projeter dans une Troisième révolution industrielle, fondée sur le couplage des technologies de l’Internet et des énergies nouvelles.

La disparition progressive des énergies fossiles

Selon Jeremy Rifkin : « Notre civilisation industrielle est à un tournant. Le pétrole et les autres énergies fossiles touchent à leur fin, tandis que les technologies issues de ces énergies ou alimentées par ces dernières sont devenues obsolètes.

Toute l’infrastructure industrielle fondée sur ces énergies fossiles est dans un état d’obsolescence avancée. Il en résulte une hausse dramatique des taux de chômage. Les gouvernements, les entreprises et les consommateurs sont submergés par les dettes, et les niveaux de vie s’effondrent. Un milliard d’êtres humains sont confrontés à la faim. Pire encore, les premiers signes du changement climatique, engendrés par ce modèle, font leur apparition, mettant ainsi en péril les capacités de survie de notre espèce.

Il devient de plus en plus évident que la seconde révolution industrielle est en train de disparaître, et que nous avons besoin d’un tout nouveau récit économique pouvant nous mener vers un avenir plus équitable et durable ».

La 2ème révolution industrielle est en train de disparaître, et nous avons besoin d’un tout nouveau récit économique pouvant nous mener vers un avenir plus équitable et durable.
Jeremy Rifkin

Le 25 octobre 2013, à l’occasion du World Forum Lille, la Chambre de commerce et d’industrie de région et le Conseil régional Hauts-de-France ont présenté officiellement leur projet stratégique de Troisième révolution industrielle, élaboré en collaboration avec Jeremy Rifkin.

Consultez en ligne ou téléchargez la synthèse du Master plan

Les piliers

Les défis à relever en matière d’efficacité énergétique sont considérés comme un préalable à la mise en place du processus de Troisième révolution industrielle et s’imposent comme une exigence transversale conditionnant la mise en oeuvre de chacun des 5 piliers qui la structurent.

Impossible, en effet, de faire se croiser, avant plusieurs siècles, la courbe de la demande globale d’énergie avec celle du développement des énergies renouvelables (appelées à fournir 100% des besoins en 2050 en région), si l’on ne se fixe pas, à tous les niveaux d’intervention, un objectif de réduction massive des consommations.

Pilier 1 : passer aux énergies renouvelables : éolien, solaire, géothermie, hydroélectricité

rev3_énergiesElles représentent aujourd’hui 3 à 4% de la production d’énergie de la région, investir massivement pour parvenir à 100% en 2050 aura bien évidemment un effet sur l’environnement mais également en termes de création nette d’emplois : il s’agit ni plus ni moins de créer une nouvelle filière.

Pilier 2 : développer des bâtiments producteurs d’énergie

rev3_bâtiment producteurIl faut transformer les bâtiments (maison ou usine) en mini-centrales énergétiques (source de milliers d’emplois). En effet, si l’on s’en tient au modèle actuel de production centralisée (ex : grandes fermes solaires…), il n’y aura pas suffisamment d’énergie pour satisfaire tous les besoins, la solution consiste à démultiplier les sites de production. Mais, comme « le soleil ne brille pas toujours et le vent ne souffle pas en permanence ».

Pilier 3 : se doter de capacités de stockage des énergies

rev3_stockageLes ENR étant essentiellement intermittentes, il faut être en capacité de les stocker (notamment via l’hydrogène), ce qui implique de développer la recherche afin d’inventer les procédés qui nous permettront ce stockage, afin de pouvoir en disposer quand le besoin est là.

Pilier 4 : déployer l’Internet de l’énergie

rev3_smartgridsDe la démultiplication des sites de production d’énergie (pilier 2) découle la nécessité de mettre en place un système de distribution beaucoup plus complexe, parce que le nombre de producteurs tendra à égaler celui des consommateurs : il faudra non seulement gérer les flux, mais déployer des réseaux intelligents pour y parvenir. Ex : développer les smart grid (réseaux électriques intelligents) avec des compteurs intelligents pour maîtriser les consommations et optimiser la régulation.

Pilier 5 : réinventer la mobilité des personnes et des biens

rev3_mobilitéLes déplacements représentent 20% de la consommation d’énergie, et reposent essentiellement sur les combustibles fossiles. Des transports plus propres (électrique, biogaz…), mais surtout une réorganisation en profondeur de nos façons de faire (généralisation du recours aux transports en commun, multimodalité, internet de la logistique, etc.), économiseront beaucoup d’énergie tout en créant des filières nouvelles de service, et donc d’emplois.

Ces cinq piliers, déjà très logiquement interconnectés, doivent, pour pouvoir produire la troisième révolution industrielle, être envisagés dans un cadre de réflexion plus global visant à développer des modèles économiques différents et aptes à structurer ces actions nouvelles.

L’économie circulaire

ECONOMIE CIRCULAIREContrairement à l’économie actuelle, qui est linéaire (extraire – fabriquer – consommer – jeter), la TRI propose de passer à un modèle de développement circulaire : les déchets ne sont plus jetés mais transformés en matière première réutilisée pour de nouveaux produits ou d’autres utilisations. Les cycles de vie des objets s’enchaînent, diminuant la pollution et créant de nouveaux débouchés (emplois).

L’économie de la fonctionnalité

ECONOMIE DE LA FONCTIONNALITE

Elle passe d’une logique de consommation et de propriété matérielle à des solutions qui offrent les mêmes fonctions, voire davantage, que les biens et services initialement vendus/achetés, tout en utilisant moins de ressources et d’énergie.

Exemple : les V’lille ou l’auto partage vous permettent de vous déplacer sans avoir à acheter le véhicule.

 Imprimer
RETOUR