Du fait de l’importance des mouvements sociaux annoncés le 5 décembre prochain, les membres du Comité d’organisation ont décidé d’avancer d’une journée le grand évènement Métha’Morphose, qui réunit l’ensemble des acteurs de la filière de la Méthanisation dans les Hauts de France, soit le mercredi 4 décembre.

Parmi les nouvelles sources d’énergie, il en est une qui pourrait faire des Hauts-de-France une région leader en Europe : la méthanisation.

La production contrôlée de biogaz porte le nom de méthanisation. Il s’agit d’un procédé de dégradation par des micro-organismes de la matière organique animale et/ou végétale (lisier, résidus de culture, cultures intermédiaires, tontes de pelouses, restes de restauration…).
Il produit un mélange gazeux saturé en eau et constitué de 50 à 70 % de méthane. La matière organique peut provenir de divers secteurs : agricole, industriel, déchets de restauration, déchets de collectivités, gaz issu des installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND), etc.

En route vers une énergie verte et durable

Energies renouvelables

2030 : 30 % de gaz vert dans les réseaux de distribution gaz.
2050 : 100 % de gaz vert.

Mobilité

Le bioGNV, c’est :
80 % d’émissions de CO2 par rapport à un véhicule diesel.
– 50 % des émissions d’oxyde d’azote.
-95 % de particules fines par rapport à la norme Euro VI.

Expertise industrie & emploi

Un méthaniseur agricole, c’est 3 à 4 nouveaux emplois créés localement.

Récupération des déchets

La production de biométhane permet de traiter et valoriser les déchets du
territoire (agricoles, ménagers, industriels, agroalimentaires…).

Agriculture ok

Le biométhane permet aux agriculteurs de diversifier leurs activités et leurs sources de revenus et de bénéficier gratuitement d’un engrais organique qui remplace les engrais chimiques.

_ Biométhane

Le biométhane, une filière virtueuse pour optimiser et valoriser les atouts du territoire.

Les témoignages

Nous parvenons à baisser significativement le coût de traitement de la tonne de déchets / Christophe MEZIERES, Directeur du développement du SYMEVAD

« Le SYMEVAD, syndicat de traitement et de valorisation des déchets ménagers, a choisi de construire une Unité TVME (Tri Valorisation Matière Energie) le long de l’A1 sur la plateforme de Dourges pour remplacer l’ancienne usine d’incinération. Cette unité permet de valoriser les déchets sous forme d’énergie : biométhane injecté dans le réseau de distribution publique de gaz naturel mais aussi des combustibles de récupération alimentant les fours de cimenteries. Avec les recettes qui découlent de la vente de biométhane, nous parvenons à baisser significativement le coût de traitement de la tonne de déchets. Et en plus, c’est un modèle d’économie circulaire : les déchets du territoire deviennent l’énergie du territoire ! »

Plus de 30 exploitations agricoles sont concernées par la Centrale Biométhane du Vermandois / Cédric DE SAINT JOUAN, PDG de Vol V, Président du Club France Biométhane

« Dès 2010, VOL-V, acteur dans le développement de projets éoliens et solaires, a élargi son activité au gaz vert et a recherché un lieu adapté pour implanter une centrale de production de bio méthane. Le territoire du Pays Hamois dans la Somme a été choisi car il possède des atouts majeurs pour un tel projet : présence d’industriels du secteur agro-alimentaire producteurs de matières méthanisables, proximité d’exploitations agricoles, engagement du territoire pour la transition énergétique. Notre site est basé dans la zone d’activités d’Eppeville. Le premier m3 de biométhane est injecté le 19 décembre 2016 dans le réseau GRDF. La production annuelle (18 GWh) représente 20% de la consommation gaz de la distribution locale autour de la ville de Ham, valorise 30.000 t de matières, évite près de 5000 t de CO2. Plus de 30 exploitations agricoles sont concernées par la Centrale Biométhane du Vermandois via l’apport des matières et/ou l’épandage d’un digestat organique en retour au sol. C’est une réalisation territoriale associant de nombreux acteurs et vertueuse pour l’environnement. »

Chez Agriopale, nous préférons l’injection dans le réseau de gaz naturel / Christophe EVRARD, Groupe AGRIOPALE

« Pour qu’un projet biométhane soit cohérent, il faut absolument qu’il repose sur le trépied suivant : provenance, qualité et continuité des gisements d’intrants, implantation foncière de l’unité de production influant fortement sur la valorisation de l’énergie produite et enfin, valorisation cohérente des digestats. Chez Agriopale, nous préférons l’injection dans le réseau de gaz naturel car notre métier n’est pas de gérer la valorisation de chaleur, et le rendement énergétique de l’installation est bien meilleur. »

Mutualiser les ressources et les compétences pour avancer ensemble, ça marche ! / Pierre POLLET, Biogaz Pévèle

« Comme beaucoup de structures agricoles de notre région, notre exploitation n’était pas assez grande pour mener seul notre projet d’injection réseau. C’est assez naturellement que les éleveurs laitiers de notre territoire nous ont rejoints, du fait des nombreux intérêts que présente la méthanisation. C’est l’esprit de la Troisième révolution industrielle : mutualiser les ressources et les compétences pour avancer ensemble, ça marche ! »

Les questions à se poser pour bien démarrer

La cohérence du projet et sa bonne intégration

Mon projet est-il cohérent sur le plan territorial en termes de gisement, d’implantation, de logistique, de valorisation de l’énergie ? Respecte-t-il les fondamentaux de rev3 (adhésion à la Charte « Concertation et dialogue autour des projets de méthanisation en Hauts-de France »)

La faisabilité

Les gisements sont-ils garantis durablement ? Comment valoriser les énergies et le digestat ? Quels financements ?

L’élaboration du projet avec ses implications économiques, réglementaires et techniques

Toutes les questions relatives au portage du projet (études préalables, dimensionnement de l’unité, VRD, réglementation de l’installation, statut juridique, montage financier, subventions possibles etc…)

Les énergies produites

Modalités de raccordement aux réseaux (gaz naturel/ électricité), valorisation de la production d’énergie : contrats divers, études des revenus…

Le digestat

Son traitement, ses caractéristiques, quelles modalités de retour au sol ?

Le financement

Pourquoi pas vous ?

Vous êtes exploitant agricole ?

La méthanisation vous permet de valoriser des effluents d’élevage et des biomasses agricoles, soit en installant votre propre unité de méthanisation sur votre exploitation, soit en vous regroupant avec d’autres exploitants pour créer une unité collective, soit en alimentant en coproduits fermentescibles une unité de méthanisation locale. La méthanisation vous permet de créer une activité supplémentaire : la valorisation du biogaz produit et l’utilisation du digestat (matière fertilisante issue de la méthanisation) représentent une source de revenus et d’économies substancielles !

Vous êtes une collectivité territoriale ?

La collecte des ordures ménagères, des restes de restauration collective, des déchets des espaces verts… les boues de STEP et les déchets agricoles et agro-alimentaires… sont autant de ressources désormais valorisables pour la production d’une énergie locale et renouvelable.
Le développement d’unités territoriales de méthanisation s’appuie exclusivement sur les ressources locales et les infrastructures existantes, permet de développer une filière « énergie renouvelable » à coût maîtrisé et de créer des emplois non délocalisables. Il renforce les synergies grâce à l’animation des acteurs locaux.

Vous êtes un industriel agro-alimentaire ?

Vos co-produits peuvent être valorisés par la méthanisation directement sur votre site de production ou alimenter une unité de méthanisation implantée sur votre territoire. Quels que soient votre activité et votre volume de production, vous pouvez participer au processus de méthanisation en fournissant la matière première que sont vos co-produits. En produisant votre propre énergie, vous pouvez diminuer significativement votre facture énergétique et réduire votre impact sur l’environnement.

L'agenda et les actualités

Une ambition collective et régionale

Pour soutenir le développement du biométhane injecté, les acteurs régionaux se sont organisés dans le cadre d’un Collectif Opérationnel Régional Biométhane Injecté. Ce CORBI rassemble les structures contribuant à l’émergence et à l’accompagnement des projets d’unité de production de biométhane en Hauts-de-France.

Les acteurs de la filière

RETOUR
/* ]]> */