Ce projet propose de mettre en place progressivement sur l’autoroute A1 les nouvelles infrastructures utiles et nécessaires à l’accueil des nouveaux moyens de déplacement pour être en phase avec leur grande évolution.

Ceci va concerner l’infrastructure de recharge des véhicules d’une part, et l’infrastructure numérique associée d’autre part, pour préparer l’arrivée de la mobilité électrique et ses différentes formes de recharge, mais également d’autres sources d’énergie, en particulier l’hydrogène, le GNC (Gaz Naturel comprimé) et, en fonction du développement de la production de bio-méthane, le Bio-GNV (Bio Gaz Naturel Véhicule).

L’infrastructure numérique attenante devra être dimensionnée pour permettre la gestion des données, quantitativement très importantes, qui autoriseront le développement des véhicules autoguidés, mettant en œuvre en premier au niveau des camions le concept de « platooning * « . Ultérieurement, une extension aux voitures particulières sera possible, là aussi en fonction du développement de ces nouvelles mobilités.

Ce projet se développera au fil du temps en lien permanent avec le développement de l’internet de la logistique, le déploiement tout au long du même axe de productions d’énergies renouvelables, et l’aménagement d’espaces de co-voiturage.

Il permettra de mobiliser l’ensemble des acteurs régionaux de la filière électromobilité et du bio GNV (constructeurs de véhicules et d’équipements, de stations de recharges, transporteurs et chargeurs, gestionnaires des infrastructures…) autour d’un enjeu commun fort sur un axe majeur du transport Européen. Véritable projet systémique, bien dans l’esprit de rev3, il permettra de développer des innovations qui pourront à terme être étendues à d’autres corridors autoroutiers.

*platooning : le groupement de véhicules par pelotons ou convoi routier est une manière d’accroître la capacité des routes grâce à un système autoroutier automatisé

 Imprimer
RETOUR