L’ÉDUCATION ET LA CULTURE REPOUSSENT LES FRONTIÈRES DE LA CONNAISSANCE

Parce qu’elle est essentiellement le fruit du décloisonnement des savoirs et des sciences, rendu possible par les technologies numériques et la production en réseau des connaissances, la Troisième révolution industrielle annonce une nouvelle ère de créativité, en termes d’objectifs comme de méthodes, dans l’univers de l’enseignement et de la production culturelle.

LILLIAD, learning center dédié à l’innovation sur le campus universitaire de Lille 1
© Sébastien Jarry

ENJEUX

En faisant passer la proportion des détenteurs du bac, au sein d’une même classe d’âge, de 5 à 78%, entre 1950 et aujourd’hui, la deuxième révolution industrielle a permis de relever le formidable défi de l’éducation de masse. Elle n’a cependant pas permis de relever celui de l’individualisation des compétences, permettant à chacun de développer au maximum son potentiel de connaissances et de créativité. Ceci est en partie dû à la réalité du marché du travail et au manque de technologies susceptibles de relever le défi.

Le rêve abordable

L’effondrement des coûts de diffusion et de partage des connaissances, l’attractivité des moyens audiovisuels ou ludiques, les techniques de recherche, de simulation, de modélisation, de création qu’elles mettent à la portée de tous, apportent de nouvelles possibilités de réalisation.
L’enseignement supérieur, disposant déjà de modes de gouvernance “libérés” (indépendance dans le secteur privé et autogestion dans le secteur public) est particulièrement prédisposé à s’emparer rapidement de ces nouvelles opportunités.

L’esprit décloisonné

De nouveaux moyens innovants, méthodes pédagogiques collaboratives et échanges interdisciplinaires décloisonnant les sciences apparaissent : ateliers de prototypage numérique 3D (fab lab), espaces de co-working et co-design, solutions de mind mapping, cours interactifs sur le net, serious games… Ils offrent enfin la possibilité d’individualiser les parcours, les projets d’étude, les centres d’intérêts, les recherches créatives qui formeront les individus originaux et autonomes que les entreprises s’apprêtent à accueillir.

Le partage généralisé

Les moyens technologiques devenant de plus en plus abordables, les nouvelles pédagogies innovantes sont expérimentées dans les grandes écoles et universités mais aussi dans les collèges et lycées qui adoptent des méthodes d’enseignement favorisant les interactions entre cours théoriques, apports numériques et applications pratiques.

REPÈRES 

0
étudiants dans l'enseignement supérieur en Hauts-de-France
0
milliard d'euros de dépenses en R&D dans la région
0
élèves en formation d'ingénieur en Hauts-de-France

TENDANCE

MECCANO LAB’
Fait travailler l’imagination des petits et des grands
meccano-labCe n’est pas un simple musée que la ville de Calais et l’entreprise Meccano ont fondé en plein centre-ville en 2013 mais bien un Meccano Lab’, un concept complètement novateur où petits et moins petits peuvent s’amuser en testant – gratuitement – des boîtes de Meccano, en participant à des ateliers avec des notices 3D ou encore en créant leur propre Meccano. Un concept qui valorise aussi le patrimoine industriel de la ville. Depuis l’ouverture, quelque 60 000 visiteurs se sont laissé tenter, dont 4 à 5% de Britanniques (Meccano a été inventé en Angleterre en 1899). Le succès est tel que le Meccano Lab’ est désormais ouvert aussi aux centres de loisirs.

NOUVEAUTÉ

TOUCHER POUR VOIR – TRI-D
Toucher pour voir met la 3D au service des malvoyants.
tri-dImaginé par la start-up lilloise Tri-D, le projet veut aider les personnes déficientes visuelles à mieux se représenter le monde et ce qui les entoure par la conception et la fabrication de supports tactiles accessibles à tous grâce aux technologies numériques d’impression 3D. Grâce au toucher, les objets et les visages deviennent palpables. La force du projet ? Une co-construction avec de multiples parties prenantes : associations de personnes mal et non voyantes, ESAT, spécialiste de la déficience visuelle et de la lecture tactile, experts en scan et impression 3D, étudiants, PME, musées, collectivité… Malin, utile et… touchant.

ILS VIVENT LEUR REV3

BERTRAND MESLIER ET PAUL CROMBÉ
AdrénaLivre

« À l’instar du monde de la musique et de la presse, celui de l’édition poursuit sa révolution numérique et met, de manière ludique et interactive, la littérature à la portée de nouveaux publics. AdrénaLivre va encore plus loin sur le chemin de l’innovation en permettant au lecteur d’intervenir dans le déroulement d’une histoire. Libre à lui d’en modifier le cours et l’issue ! Les ouvrages AdrénaLivre sont proposés en format court (moins de deux heures de lecture) et peuvent se lire sur tous les supports nomades et ce sans connexion Internet. »

ENVIE D’ALLER PLUS LOIN ? 

RETROUVEZ LE CHAPITRE COMPLET

Sommaire du chapitre

-Enseignants, chercheurs, développeurs et designers aux avant-postes de « l’apprentissage » de la 3ème révolution industrielle
Création audiovisuelle 3.0 : la région exporte ses talents
-Lycées, grandes écoles et universités décloisonnent les connaissances et inventent la pédagogie de demain

Et pour recevoir toutes les semaines une dose de #rev3 et d’optimisme, abonnez-vous à la brev3 !

RETOUR