La donnerie, pour consommer différemment

Réduire les gaspillages, consommer autrement, c’est le but de la donnerie organisée au Polder, à Hellemmes, le troisième samedi de chaque mois.

Le Polder est un café où l’on privilégie les initiatives citoyennes et la chaleur humaine. Désormais, tous les troisièmes samedis de chaque mois, vous pouvez y apporter des objets dont vous ne vous servez plus, en bon état, les déposer, et repartir avec un ou plusieurs autres objets. Electroménager, vêtements, outils ou encore objets de décoration, tout est donnable à la donnerie ! C’est le principe du don utile, de l’échange de biens. Chacun peut donner, mais la contrepartie n’est pas obligatoire. Seules obligations : déposer cinq objets, au maximum, et de taille petite ou moyenne. Et il est également possible de prendre sans donner… Pour les objets volumineux, comme des meubles ou du gros électroménager, on laisse une photo.

c

Aude Bartholomeus est l’une des membres de la commission initiatives solidaires du Polder, qui a porté le projet de donnerie. « Nous sommes partis de l’idée que nous avons tous à la maison des objets qui ne servent à rien, et au lieu de les jeter, on propose de les donner, explique-t-elle. Cela permet de créer de la convivialité et de favoriser d’autres types d’échanges que les échanges monétaires. »

© Creative Commons

Lutte anti-gaspi

Donner pour ne plus gaspiller, pour ne plus jeter et pour moins acheter ! L’idée a séduit. D’après Didier Le Pallac, un des fondateurs du Polder, « entre 80 et 150 personnes » ont participé à la donnerie le samedi 19 mars. « Une quarantaine de vêtements et une quarantaine de livres, de DVD et de jeux de société ont été donnés, indique Aude. On a eu beaucoup de vaisselle, des objets de déco et un peu de petit électroménager. » Une belle réussite pour cette première expérience de donnerie.

« On a ne voulait pas remplir le Polder d’objets, souligne Aude, et cela a bien fonctionné. Entre 15h et 17h30, il suffisait de venir avec ces objets, de les laisser et de repartir, ou non, avec quelque chose. Certains n’ont peut-être pas osé se servir, en pensant que d’autres personnes avec plus besoin qu’eux de ces objets, ce sont des nouvelles habitudes à prendre« , note Aude, plus que satisfaite de cette journée.
Quant aux objets qui n’ont pas été pris, ils sont stockés au Polder en attendant soit d’être donnés à des associations qui les distribueront ou en ont besoin pour leur activité, soit ils seront reproposés à la prochaine donnerie, samedi 16 avril.

Les donneries se développent un peu partout dans le monde et en France. A l’image des magasins gratuits, des SEL (Système d’Echange Local), du troc, il s’agit d’une alternative à l’argent. Une donnerie, cela permet de ne pas jeter bêtement de consommer en toute convivialité… C’est un système complémentaire aux ressourceries où les objets sont retapés et remis à neuf, ou aux cafés de réparation des objets qui se développent également actuellement. Le Polder envisagerait d’ailleurs d’organiser une manifestation de ce type : au lieu de jeter son grille-pain cassé, on pourra le réparer !

Le Polder, un café pas comme les autres

Le Polder a ouvert ses portes en novembre 2015. Didier Le Pallac et Maxime Giusti, anciens étudiants en économie sociale et solidaire à Valenciennes ont voulu créer un lieu d’échange, de débats, un espace participatif ouvert aux habitants du quartier (mais pas que). On peut y manger bio et local, prendre le thé, découvrir des expos, voir des documentaires, écouter des concerts, débattre, s’informer, lire… Y sont également organisés des soirées jeux, des ateliers de chant, de couture, etc. Le Polder est un café dédié aux initiatives citoyennes et solidaires. L’objectif du café est de travailler avec les citoyens et de redynamiser les politiques locales, sur un mode participatif. Le café, qui est une SCOP, mise sur la collaboration et l’échange d’idées.

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR