Etudiants, enseignants, chercheurs,…nos talents se mobilisent pour rev3 !

Leur ADN, c’est former, innover, expérimenter, incuber, développer… 25 Universités, Grandes Écoles et établissements publics de recherche unissent leurs forces et s’engagent dans rev3, pour construire l’économie et la société de demain en Hauts-de-France.

De leur alliance est né le réseau unirev3. Le 16 octobre dernier au World Forum pour une Economie Responsable à Lille, 7 Universités, 12 Grandes Écoles, 6 établissements publics et structures d’enseignement supérieur et de recherche des Hauts-de-France ont signé un protocole d’accord avec la Région, la CCI de Région et la mission rev3, présidée par Philippe Vasseur ; pour mobiliser nos jeunes et nos talents aux enjeux de rev3 – la Troisième Révolution Industrielle.

Et c’est une première en France !

Il s’agit de faire des établissements d’enseignement supérieur et de recherche présents en Hauts-de-France des acteurs majeurs de la dynamique rev3.

Qui dit réseau dit échange de bonnes pratiques, mutualisation de moyens, actions et événements en commun…

Cinq domaines sont concernés : les formations supérieures, la recherche et l’innovation, les coopérations avec le monde économique, l’aménagement des campus et la « vie sur les campus », autrement dit tous types d’initiatives des établissements ou des étudiants contribuant à rev3.

Inscrit sur le territoire régional, unirev3 a aussi vocation à s’ouvrir à l’international en nouant des partenariats avec des établissements étrangers sur les sujets de transition énergétique et de développement durable.

Quelles sont les actions du réseau unirev3 à court-moyen terme ?

Malgré la jeunesse du réseau, les idées ne manquent pas. Engager un programme d’événements scientifiques pour, notamment accroître la visibilité d’unirev3, en est une. Les thèmes des colloques sont nombreux : énergie, bioéconomie, intelligence artificielle, mobilité durable…

La définition d’un projet de recherche dédié à la Troisième révolution industrielle est un autre des sujets d’importance pour les membres d’unirev3.

Pour ce qui est de la promotion d’initiatives étudiantes « rev3 », nous pourrions nous inspirer des célèbres « hackathons » et proposer, pourquoi pas, des « Tri-thons » ou « Tria-thons ».

Enfin, pour les entreprises, il convient de développer et mettre en réseau des « chaires d’entreprises rev3 » (voir encadré).

En s’appuyant sur de nombreuses actions déjà existantes menées par les Universités et les Grandes Écoles, unirev3 vise ainsi à construire de nouveaux projets, avec une ambition renforcée et dans un souci d’écoute mutuelle et de concertation.

Rev3 : l’affaire de tous !

Unirev3 en est un bel exemple.

Tous les acteurs sont concernés : collectivités territoriales, associations, établissements de formation, les citoyens eux-mêmes.

Parmi ces contributeurs, les Universités et les Grandes Écoles ont un rôle essentiel à jouer. En formant les jeunes, en développant des recherches porteuses d’innovations et éclairantes pour l’avenir, en apportant des réponses à des entreprises en demandes de compétences, en offrant des « démonstrateurs » au sein des écoles ou sur les campus, le monde des Universités et des Grandes Écoles est susceptible de générer un effet d’entraînement très significatif.

Pour le moins, ce sont-là des leviers dont la Troisième révolution industrielle en Hauts-de-France ne saurait se passer !

 

Chaire entreprises rev3 de l’Université de Lille, un coup de pouce pour les entreprises innovantes rev3

En 2018, l’Université de Lille crée la « Chaire entreprises rev3 ». Il s’agit de renforcer les liens entre les laboratoires de recherche et les entreprises régionales, notamment les PME. Les entreprises en demande de solutions techniques sur des sujets ayant trait à rev3 – Troisième révolution industrielle s’adressent à l’Université qui apporte conseils et études, voire sur une période plus longue, des recherches. Des doctorants impliqués dans une Junior-Entreprise de l’Université sont alors susceptibles d’être mobilisés.

Pour fonctionner, la Chaire s’appuie sur un fonds financier, pour l’heure expérimental, doté de 60 000 €, auquel contribuent la Région, la CCIR et l’Université de Lille.

Un des objectifs d’unirev3 serait d’amplifier de tels outils rapprochant Universités, Grandes Écoles et entreprises et de les faire travailler en réseau.

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR
/* ]]> */