La bioéconomie était à l’honneur de la première manifestation scientifique du réseau unirev3 à Amiens

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019. Photo : Mission rev3

Le 19 juin dernier à Amiens, la bioéconomie était à l’honneur de la première manifestation scientifique du réseau unirev3 des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, au cœur de la Troisième Révolution Industrielle en Hauts-de-France.

Ce séminaire organisé par la Mission rev3 en partenariat avec l’UPJV était le premier d’une série d’événements, rassemblant Universités, Grandes Écoles et établissements de recherche autour des domaines majeurs de rev3. L’Énergie, l’Intelligence Artificielle et la Mobilité sont les prochaines thématiques programmées en 2019 et 2020.

Plusieurs temps forts ont rythmé cette après-midi d’échanges. En premier lieu, Marie-Sophie Lesne – Vice-Présidente chargée de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la bio-économie à la Région Hauts-de-France, Denis Postel, Vice-Président de l’UPJV et Philippe Vasseur, Président de la Mission rev3 ont rappelé l’importance de la bioéconomie dans les défis que nous impose le changement climatique, sa place unique et leader dans notre région, tant sur le plan industriel que scientifique, terreau fertile à de nouveaux modèles économiques et sociétaux.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019. Photo : Mission rev3

La bioéconomie est sans doute la filière à l’avant-garde, la plus ancienne de notre région !

Elle fructifie, toujours innovante, depuis plus de 30 ans sur notre territoire. Les compétences développées en Hauts-de-France couvrent aujourd’hui la quasi-totalité de la chaine de valeur de la filière. La région occupe une place leader en Europe et souhaite la renforcer, notamment dans le cadre des protéines végétales.

Ensuite, au cours de deux tables rondes « l’université face aux défis de la bioéconomie » et « bioéconomie et l’après pétrole », les différents intervenants ont offert à plus de 70 participants un tour d’horizon des recherches en cours et des expérimentations menées en Hauts-de-de-France dans ce domaine.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019 – Table ronde « l’université face aux défis de la bioéconomie ». Photo : Mission rev3

Edmond Abi-Aad, Franck Dumeignil, Thierry Stadler, Olivier Wuytswinkel, les intervenants de la table ronde « l’université face aux défis de la bioéconomie » ont centré leurs échanges sur les multiples défis que la bioéconomie offre au monde de la recherche. La bioéconomie implique de la transversalité. Il est nécessaire pour les chercheurs de mettre en interaction de multiples champs disciplinaires traditionnels. La compétitivité entre aussi en ligne de compte. La majorité des modèles économiques et industriels ont été pensé autour du pétrole et les recherches pâtissent d’éléments fluctuants tels que le prix du baril. D’où l’importance d’avoir une approche systémique en matière de bioéconomie (exemple des bioraffineries). La bioéconomie doit faire face aux enjeux lié au passage de technologies de niche à l’échelle industrielle.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019 – Table ronde « bioéconomie et l’après pétrole ». Photo : Mission rev3

Didier Cousin, Fabrice Lefebvre, Laura Magro, Clément Ray, Loic Sauvée, les intervenants de la 2nd table ronde « l’université face aux défis de la bioéconomie » ont présenté les différents effets levier de la bioéconomie pour sortir du pétrole. Avec la bioéconomie, la transition est globale. Celle-ci a en effet des applications aussi bien agricoles qu’industrielles, en substituant le carbone d’origine pétrosourcée par du carbone renouvelable. Toute une chaîne de valeur allant du champ au produit est concernée. Elle permet le développement de nouveaux modèles d’entreprises centrés autour de l’ancrage territorial et de la durabilité. Ce développement a une incidence sur la balance commerciale de notre région, de notre pays. 70% des protéines sont importées et nous avons les forces en Hauts-de-France pour diminuer ce pourcentage. Des projets territoriaux naissent sur le sujet avec des modèles innovants (comme la production de protéine d’insectes) qui, en plus de nous rapprocher de l’autonomie, font diminuer les émissions de carbone. Enfin, la bioéconomie c’est aussi se pencher sur le biomimétisme. Le vivant est un modèle de durabilité qui peut nous montrer la voie de la transition. L’enjeu est de dépasser la simple substitution pour se concentrer sur de nouvelles fonctionnalités offertes par le vivant.

Après ce discours d’experts, Florence Pilard, Professeur de chimie organique à l’UPJV, en conférence ouverte au public a présenté de manière très pédagogique les potentialités de la bioéconomie.

La bioéconomie, c’est l’économie du vivant !

C’est-à-dire tout ce qui peut être transformé, produit à partir de la biomasse végétale, animale, marine et recyclé à partir des bio-déchets et ce, bien sûr dans une démarche responsable diminuant notre empreinte carbone. Par principe, tout est renouvelable, même si parfois à un horizon qui dépasse celui de l’homme ; tel est le cas des énergies fossiles ».

On ne parle pas de bioéconomie sans parler de bioraffinerie. Il s’agit par différents procédés de conversion, toujours uniques et spécifiques vu la complexité du vivant, de valoriser ces différentes biomasses.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019 – Conférence publique de Florence Pilard. Photo : Mission rev3

Et le potentiel est énorme !

La raffinerie de la biomasse compte déjà 3 générations : la 1ère comprend les huiles végétales, les amidons et les glucoses (soit 5% de la biomasse totale de la Terre) ; la 2ème la biomasse lignocellulosique, en d’autres termes le bois, les résidus agricoles et forestiers, la paille, les déchets municipaux, etc. (soit 70 % de la biomasse totale de la Terre) et la 3ème tous les micro-organismes (micro-algues, levures, bactéries).

En France, près de 90 % du territoire est couvert de forêts et de surfaces agricoles. La France est 1ère en Europe en termes de superficie occupée et de production agricole.

La région Hauts-de-France n’est pas en reste. Elle est la 1ère région agricole et agro-alimentaire française en valeur ajoutée (2/3 du territoire en surfaces agricoles, plus de 27 000 exploitations agricoles, plus de 1 000 industries agro-alimentaires représentant 50 000 emplois).

L’alimentation, les agro-matériaux, les biocarburants et les biomolécules sont les nombreux débouchés du traitement de la biomasse. Les applications des ressources végétales, ressources toutes produites en Hauts-de-France d’ailleurs, sont particulièrement diversifiées et prometteuses, comme l’illustre l’image ci-après.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019 – Conférence publique de Florence Pilard. Photo : Mission rev3 /Illustration : Florence Pilard

Prix de thèse «Bioéconomie et Troisième révolution industrielle », de jeunes chercheurs primés !

Ce séminaire fut aussi l’occasion de mettre en lumière les travaux menés en région par de jeunes thésards, dans le cadre de la remise des prix de thèse «Bioéconomie et troisième révolution industrielle » avec le soutien des entreprises Bonduelle, Lesaffre et Roquette.

4 lauréats pour 13 candidats ont été récompensés.

Noadya Monnier et Alexandre Ceugniez ont reçu le 1er prix ex-aequo pour leurs travaux portant respectivement sur l’usage de métabolites bactériens pour la protection des cultures et la recherche de molécules à pouvoir antibiotique. Ces deux premiers lauréats ont reçu, chacun, 2000 euros respectivement de la société Bonduelle et de la société Lesaffre.

Clément Dumont a reçu le 3ème prix pour ses travaux sur l’étude de nouveaux matériaux innovants obtenus à partir de lignines. 700 euros lui ont été attribués par la société Roquette.

Nazim Yklhef a reçu le 4ème prix et 300 euros par la société Roquette, pour ses travaux sur le développement de polymères alvéolaires biosourcés.

Séminaire unirev3 sur la bioéconomie – UPJV – Amiens – 19 juin 2019 – remise des prix de thèse. Photo : Mission rev3

Belle réussite pour cette première, nous vous donnons rendez-vous pour le deuxième événement scientifique d’unirev3, le 21 novembre 2019 à Arras, intitulé : « Recherche et entreprises : les enjeux énergétiques de la Troisième révolution industrielle »

Pour en savoir plus sur unirev3 et son programme de manifestations scientifiques, contactez Bertrand Zuindeau, Mission rev3 : bertrand.zuindeau@hautsdefrance.fr

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR
/* ]]> */