LILLIAD lance son odyssée

Ouvert depuis le 7 septembre et officiellement inauguré le 17 novembre, LILLIAD Learning Center Innovation dote l’Université de Lille Sciences et Technologie d’un espace hybride, au croisement des bibliothèques classiques et des espaces de travail et d’échanges du futur, en plein cœur du campus de Villeneuve d’Ascq. Un outil fonctionnel, élégant et ouvert sur le monde.

12 600 mètres carrés, 13 kilomètres de stockage et 100 000 documents en accès libre et automatisé, 1420 places assises et 2 000 prises électriques, un lieu dédié à la valorisation de la recherche (l’Xperium), un centre de congrès doté de deux amphithéâtres de 292 et 110 places, 50 salles de travail dédiés à des groupes de 4 à 20 personnes, une « salle Y » (un clin d’œil à la génération du même nom) modulable destinée aux expérimentations pédagogiques, une cafétéria de 90 places…

Alors, LILLIAD ? « Ça envoie ! », pour reprendre l’expression d’un étudiant croisé devant la rotonde centrale, sur le parvis d’un bâtiment qui ondule autour de l’ex-bibliothèque. Logique, puisque le nouvel espace a été conçu à partir des idées recueillies auprès de ses condisciples – et difficile de lui donner tort : dix ans après le lancement d’un projet de 35 millions d’euros et cinq ans après la fin des travaux financés par l’Université et une foule de partenaires (Région, MEL, Europe, Etat…), le learning center est fin prêt à remplir ses missions, à quelques branchements près.

Architecturalement réussi

Trois étages ouverts et éclairés par la large rotonde qui domine l’ensemble, un mobilier design, modulable et sobre installé dans un univers de blancs, de rouges et de gris, des îlots matérialisés par des canapés, des siège et des poufs où chacun peut s’installer à sa manière, quatre « sonic chairs » ovoïdes où l’on peut écouter sa musique sans gêner le moins du monde ses voisins, des coursives qui courent autour du bâtiment et permettront aux usagers de déambuler le temps d’une pause à la belle saison, des étagères éclairées par des rangées de LED aussi discrètes qu’efficaces…

Esthétiquement réussi, le projet de l’agence allemande d’architectes Auer Weber est avant tout fonctionnel et conçu pour que le public s’empare d’un lieu de trois étages, à la fois ouvert, accueillant et silencieux.  De quoi favoriser les échanges entre ses usagers tout en encourageant le travail en commun. « Nous restons un lieu de travail et de recherche », sourit Jacques Sauteron, le responsable du département Médiation de LILLIAD : « la sonorisation est conçue pour faciliter les conversations sans que personne ne soit gêné par ses voisins ». Une révolution par rapport à l’ancienne bibliothèque, dont le carrelage a laissé un souvenir auditif mémorable à ses habitués…

Etudier, chercher et diffuser le savoir

sauteron-lilliad« Nous avons d’abord ouvert le pôle bibliothèque et la cafétéria », explique Jacques Sauteron, le responsable du Département Médiation de LILLIAD. « Le but était d’accueillir aussi vite que possible les étudiants et les enseignants, avant d’ouvrir l’Xperium le 15 octobre, pour une deuxième saison dédiée à la démarche Rev3 qui suit la première séquence abritée l’an dernier dans le bâtiment des thèses. Le troisième pôle, dédié à l’événementiel autour du centre de congrès, sera inauguré le 17 novembre et entrera très vite en service : le 21 novembre, nous accueillons le club des entrepreneurs de la CCI. » Le 28 novembre, c’est le lancement du dossier IDEX de l’université de Lille qui aura les honneurs de cette nouvelle vitrine, au cœur de la Cité scientifique et à deux pas du métro, de l’Espace culture et de la Maison des Etudiants. Un rythme soutenu qui sera maintenu puisque l’espace prévoit d’accueillir une trentaine d’événements chaque année : colloque, journées d’études, rencontres scientifiques, congrès…

Cette ouverture en trois temps décline en fait les trois principales missions allouées à un espace qui donne une nouvelle jeunesse aux grandes missions traditionnelles de la communauté universitaire : étudier et enseigner, faire de la recherche et diffuser le savoir et l’innovation.

A objectifs multiples, espaces multiples : outil d’élaboration et de transmission des connaissances, « LILLIAD est conçu comme un outil de travail et de recherche autant que comme un lieu de rencontre entre le monde universitaire, les futurs étudiants, le monde socio-économique, la société civile et le grand public », détaille Jacques Sauteron. « Le but est de montrer ce qui se fait en matière d’innovation au travers de différentes expositions et de penser les projets de demain, en lien avec le monde économique ». Le tout au travers de partenariats et d’échanges aux formes diverses.

La bibliothèque rêvée, et bien plus encore

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que la communauté universitaire s’approprie un endroit qui lui est ouvert de 8h00 à 20h00 – une amplitude déjà confortable, encore élargie en période de partiels. Deux mois après son ouverture, LILLIAD accueille chaque jour plus de 3 000 étudiants et chercheurs, attirés par la modernité d’une bibliothèque agréable et fonctionnelle comme par la perspective de travailler à leur guise dans des espaces dédiés.

L’application de réservation des espaces permet à chacun de réserver l’une des 50 salles disponibles, en fonction de ses besoins et en toute liberté – jusqu’à trois heures par jour et par étudiant. Insonorisées et conçues pour faciliter le travail en commun, chacune est équipée d’écrans et de tableaux flambants neufs. Et d’un réseau Wi-Fi illimité… Un lieu truffé de technologies donc, mais qui ne cède pas aux sirènes du tout numérique : espace physique dédié aux rencontres, LILLIAD a l’esprit d’un tiers-lieu soucieux de sociabilité. Et répond à une demande réelle de rapports IRL* : en deux mois à peine, les salles ouvertes aux étudiants de Lille 1 et de Polytech sont déjà remplies du matin au soir.

Plus qu’une simple bibliothèque de l’ère 2.0, LILLIAD est aussi un outil mis au service des nouvelles pédagogies. « LILLIAD est conçu pour multiplier les possibilités et les modalités d’apprentissages », explique Jacques Sauteron. « C’est parce qu’il leur en donne les moyens techniques que les enseignants peuvent libérer leur inventivité et proposer d’autres approches ». Classes inversées, codesign, pédagogies alternatives, apprentissage par problème…  Imaginé pour favoriser des allers-retours constants entre le travail de groupe, la recherche d’informations sur les réseaux ou le recours à des approches classiques, LILLIAD est un learning center, autrement dit un outil d’apprentissage dont il revient à chacun de s’emparer, en libérant les esprits des traditionnels problèmes techniques pour permettre à chacun de se concentrer sur son travail et celui du groupe.

Complémentaires d’autres structures innovantes de l’agglomération lilloise comme les ADICODE, avec qui LILLIAD partage certains objectifs, le Learning Center compte bien faire tâche d’huile dans ses propres composantes comme à l’extérieur : après avoir fait le tour des projets les plus innovants du monde, ses concepteurs sont à leur tour assaillis de demandes venus du monde de l’enseignement supérieur international, avide de s’inspirer du modèle nordiste. Son succès immédiat auprès des étudiants montre la réalité d’un besoin de nouveaux lieux d’échange et de partage autour du savoir et des connaissances, de l’innovation et des nouvelles pédagogies. Et maintenant que LILLIAD existe, l’odyssée ne fait que commencer…

Découvrez LILLIAD le 21 novembre à l’occasion du club des entrepreneurs rev3 autour du thème « L’innovation et la recherche au service de rev3 ». Au programme, une visite de 4 expériences scientifiques présentées par Xperium. Plus d’infos ici !

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR
/* ]]> */