Métha’morphose 2019 a réuni plus de 700 personnes, agriculteurs, industriels de l’agroalimentaire, collectivités, jeunes et experts, à Mégacité – Amiens ce 4 décembre, autour des projets de méthanisation. Enjeux, clés pour réussir, retour d’expériences, ancrage territorial, appropriation citoyenne, challenge jeunes étaient au cœur des échanges.
Retour sur les temps forts de la journée et plein gaz pour le biométhane injecté en Hauts-de-France !

Quelques chiffres, une ambition

Commençons par l’ambition… Les Hauts-de-France visent la 1ère place européenne du biométhane injecté.

Il faut dire que le bioGNV a pas mal d’atouts : 80 % d’émissions de CO2 en moins par rapport à un véhicule diesel, 50 % de moins en émissions de d’oxyde d’azote et 95 % de moins en termes de particules fines par rapport à la norme Euro VI.

Un méthaniseur agricole, c’est 3 à 4 nouveaux emplois créés localement. Le dernier rapport (2018) de l’Ademe table sur 11 000 emplois nouveaux, non délocalisables, liés à la filière biométhanisation en Hauts-de-France, à horizon 2050.

La production de biométhane permet de traiter et valoriser les déchets du territoire (agricoles, ménagers, industriels, agroalimentaires…) et aux agriculteurs, de diversifier leurs activités, leurs sources de revenus et de bénéficier gratuitement d’un engrais organique qui remplace les engrais chimiques (le fameux digestat des méthaniseurs).

Le biométhane en vidéo, ici 

Bref, le biométhane est une filière vertueuse pour optimiser et valoriser les atouts du territoire des Hauts de France, cette grande région agricole et agroalimentaire de dimension européenne.

Devant le potentiel du biométhane, les acteurs régionaux se mobilisent, notamment dans le cadre du Corbi – Le Collectif Régional Biométhane et son club d’entreprises Méthania : https://methania.fr/corbi-collectif-regional-biomethane/, d’Euramétha, le futur Technocentre régional de la méthanisation dans l’Arrageois. Et les 1ers résultats tombent.

En 2019, nous comptons 13 sites en production (avec l’équivalent de 17 à 18 000 logements approvisionnés). 20 projets supplémentaires seront en production en 2020. 130 projets ont réservé leur capacité sur le réseau GRDF/GRT. 90% des projets sont issus du monde agricole.

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

Gaz vert, les Hauts-de-France accélèrent !

Métha’mophose… pourquoi me direz-vous ?! parce que ces résultats sont prometteurs et les Hauts-de-France comptent bien accélérer.

De nombreux acteurs* de la filière étaient réunis dans les différents quartiers de métha’city, le village de la « Métha’morphose », inauguré par Alain Gest, Président d’Amiens Métropole ce 4 décembre, pour accompagner les porteurs de projets et répondre à leurs questions : Quels financements ? Comment bien assurer son projet de méthanisation ? Quelles démarches administratives ? Quels bénéfices pour les Collectivités locales et leurs administrés ? Quelles innovations ? Comment répondre aux idées reçues sur la méthanisation ? Comment entrer dans l’économie circulaire en collectant et valorisant les bio-déchets ?

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

Intégration territoriale des projets de méthanisation : un enjeu à partager

Dialogue territorial, insertion paysagère, sociologie… les intervenants de la 1ère table ronde de l’après-midi ont décrypté les conditions de réussite des projets de méthanisation. L’intégration territoriale de chaque unité doit, en effet, être bien pensée.

 

Un maître-mot, le dialogue !

Pour le porteur de projet, informer sur ce qu’il va faire dès le début de son projet n’est pas forcement sa priorité. Pourtant, c’est essentiel pour réussir un projet de méthanisation. Ce projet prend obligatoirement ancrage sur un territoire, au cœur des populations.

Le dialogue, tant avec les administrés que les élus, doit être favorisé le plus en amont possible, en articulant écoutes individuelles et concertations collectives, aidé au besoin d’un tiers externe et neutre qui jouera le rôle de médiateur. Ce dialogue sert bien sûr l’appropriation du projet. Il peut aussi apporter idées nouvelles, solutions voire savoir-être au porteur de projet.

Expliquer l’énergie, souvent abstraite pour le public, est aussi un levier d’appropriation. L’explication technique de la production d’énergie permet au public d’appréhender les enjeux, de s’impliquer dans le changement et d’inviter d’autres à s’engager.

 

Il faut savoir faire ressortir l’intérêt commun

Les freins résultent bien souvent d’émotions (peur, colère, …) et de perceptions (notamment esthétiques) individuelles qu’il faut savoir identifier, verbaliser et faire évoluer en impliquant activement l’individu dans le projet.

Le Cerdd mobilise autour des porteurs de projets de méthanisation près d’une vingtaine de professionnels, sur tout le territoire des Hauts-de-France, spécialisés dans l’accompagnement de projets économiques et formés au dialogue territorial.

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

La méthanisation est une filière régionale qui réconcilie économie et transition

Intégré dans les actions rev3, le développement de la méthanisation concilie les ambitions environnementales de la région (développement des énergies renouvelables sur le territoire), tout en développant l’économie verte et en boostant l’emploi.

Les intervenant de la seconde table ronde ont mis en avant le caractère vertueux de la méthanisation.
Marie-Sophie Lesne, Vice-Présidente à l’Agriculture, l’Agroalimentaire et la Bioéconomie à la Région a rappelé que la méthanisation était au croisement de filières marquantes en Hauts-de-France ; une sorte de dénominateur commun à la bioéconomie, l’économie circulaire et les énergies renouvelables. La Méthanisation est d’ailleurs un des 4 piliers du Master Plan « Bioéconomie » régional qui se décline en 40 actions.

 

La méthanisation est un formidable levier de croissance pour l’économie locale

Les débouchés du biométhane sont nombreux. Nous pensons en premier lieu au chauffage. Nous oublions qu’il est aussi de plus en plus utilisé dans le transport routier voire ferroviaire et fluvial. Enfin, il intervient dans de nombreux process industriels.

Avec le Métha’Morphose Challenge 2019, les jeunes se métha’morphosent !

L’objectif était d’associer les jeunes lycéens et étudiants à l’ambition régionale, notamment dans un objectif de valorisation de la filière et d’acceptabilité des projets de méthanisation sur les territoires.

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

Ils ont répondu à l’appel puisque plus de 70 équipes ont candidaté, venant de partout en région.
Les lycées ont été sollicités notamment via le dispositif « Entreprendre Pour Apprendre ».

7 équipes ont été retenues pour la finale et réparties en deux catégories :
« Lycées » : Lycée Édouard GAND (Amiens) pour le projet « Métha Show » ; Lycée André LURCAT (Maubeuge) pour le projet « RACALMAK » (jeu vidéo) ; EPID (Dunkerque) pour le projet « pièce de théâtre » ; Lycée Saint Vincent de Paul (Beauvais) pour le projet « Street Méth’Art »
« Enseignement sup » : l’ULCO (Dunkerque) pour le projet « Boite à Métha » ; l’ICAM (Lille) pour le projet « Méthanosorus » ; le CESI (Arras) pour le projet « Biométha’com3″.

Ces équipes finalistes ont défendu leur projet, par pitchs de 3 minutes, devant le jury présidé par Philippe Vasseur, Président de la Mission rev3 et le public en plénière, selon plusieurs critères de sélection : l’originalité du projet et de sa présentation, la facilité de mise en œuvre, l’impact et l’efficacité de la proposition.

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

Ces sont les équipes du Lycée Édouard GAND (Amiens) pour le projet « Métha Show » et de l’ICAM (Lille) pour le projet « Méthanosorus » qui ont remporté ce challenge. A la clé, des chèques cadeaux d’une valeur de 300 euros pour chacun des lycéens et étudiants et l’accompagnement sur un an des lauréats, par les partenaires de Métha’morphose, pour qu’ils concrétisent leur projet.

Nous devrions, dans quelques mois, entendre parler d’un spectacle vivant humoristique sur la méthanisation sur une heure et en 20 représentations avec autant de sketchs par sources de déchets (collectif, restaurants, industrie agriculture) et leur processus de méthanisation et découvrir dans une de nos écoles un méthaniseur mobile à usage pédagogique, fonctionnant avec les déchets de la cantine et/ou ceux ramenés par les élèves !

 

Métha’morphose 2019 – Mégacité – Amiens – 4 Décembre 2019. Photo : Mission rev3

 

Documentation pour aller plus loin :

Le Méthascope de France Nature Environnement

La Charte « Concertation et dialogue autour des projets de méthanisation en Hauts-de-France » du Cerdd

Enjeux énergétiques et emplois en Hatus-de-France, étude de l’Ademe

* Les partenaires mobilisés sur Métha’morphose 2019
GRDF, GRTgaz, Chambre d’Agriculture, France Nature Environnement, Amiens Métropole, Région Hauts-de-France, CCI Hauts-de-France, Mission rev3, Méthania, AFG, Ademe, Groupama, Cerdd, Crédit Mutuel, Miimosa, SEM Energies Hauts-de-France, Draaf, Dréal, DDPP, SIECF, Energeia, Pôle IAR, POLENERGIE, UTC, FNE Hauts-de-France, des entreprises comme SECODE, GAEC Manscourt, Lidl, AES DANA, Energies Coop Développement, SAS Métha Ternois, etc…
 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR