Techshop de Lille : bienvenue chez les makers

Un lieu pour créer, imaginer, apprendre, bricoler, peaufiner, tester, apprendre, échanger… Le Techshop de Lille vient d’ouvrir, au lendemain de trois journées portes ouvertes qui ont attiré plus de 3 500 visiteurs fin avril. Un outil hors du commun dédié à une culture maker venue des États-Unis, en pleine expansion dans l’Hexagone.

Difficile de savoir par où commencer pour décrire le Techshop qui vient d’ouvrir au cœur de l’ancien lycée professionnel Jean Monnet, dans le quartier des Bois Blancs. Un lieu ? Une communauté ? Un espace de formation ? Un parc de machines ? Des ateliers ? Un coworking pour bricoleurs débutants ou avertis ? Tout cela à la fois pour son directeur Julien Ignaszewski qui y voit avant tout un outil idéal pour le partage, les rencontres et la diffusion de la culture Maker en France.

Culture maker

Directement liée à l’émergence de la culture du do it yourself (« faites-le vous-mêmes ») outre-Atlantique, cette dernière est partie des États-Unis et au début des années 2000. Lassée de la standardisation de produits semblables et jetables, la communauté des makers, extrêmement hétérogène, partage une série de valeurs : curiosité, goût des projets concrets, volonté d’imaginer et de fabriquer eux-mêmes produits et objets…

Artistes, créateurs, artisans, étudiants, entrepreneurs, bricoleurs de tous les âges, bidouilleurs et Géo Trouvetout : tous partagent  une appétence indéniable pour l’innovation technologique, de l’électronique à la robotique en passant par l’impression 3D ou les machines outils à commande numériques (CNC). Y compris lorsque ces nouveaux outils servent des activités  comme la métallurgie, la menuiserie, les arts traditionnels et l’artisanat… Autre point commun : le goût des rencontres et du partage, au cœur de communautés convaincues que chacun peut apporter à l’autre ses compétences pour l’aider à mener son projet – et réciproquement.

Aux États-Unis, le mouvement a donné lieu à la création par Mark Hatch d’une entreprise, Techshop, qui gère neuf makerspaces aux États-Unis, tous apparus dans la foulée du premier du genre, né en 2006 à San Mateo, dans la Silicon Valley. Le concept ? Des ateliers remplis de machines et d’ordinateurs accessibles à des adhérents, à la façon d’un club de gym.

Écosystème vertueux

Rapidement, Leroy Merlin s’intéresse au mouvement des makers, conscient qu’il pourrait bien révolutionner les pratiques des bricoleurs traditionnels et attirer de nouveaux publics vers ses produits. L’enseigne nordiste décide alors de créer ses propres lieux pour favoriser l’émergence de makers à la française, en lien avec Techshop.

« L’idée, c’est de partir du constat que tout le monde ne dispose pas des contacts, des outils et des savoirs nécessaires pour donner corps à leurs envie », explique Julien Ignaszewski. « Notre objectif, c’est de démocratiser la technologie et de permettre le partage des connaissances, les prises de contacts, les échanges spontanés entre tous ceux qui s’intéressent à cette culture du faire : professionnels ou créateurs d’entreprise, étudiants, bricoleurs amateurs oui expérimentés, collégiens et lycéens, voisins et simples curieux… Notre conviction, c’est que le hasard d’une rencontre peut déboucher sur de belles choses ».

Notre conviction, c’est que le hasard d’une rencontre peut déboucher sur de belles choses
Julien Ignaszewski, Directeur du Techshop Lille

Après un premier Techshop, ouvert en octobre 2015 en région parisienne, à Ivry-sur-Seine, l’enseigne s’intéresse vite au contexte nordiste : « La métropole lilloise fourmille d’initiatives qui en font un terrain idéal pour implanter un lieu dédié à la culture maker », observe Julien Ignaszewski qui évoque l’ampleur du succès de la Maker Fair, en octobre 2016 – les 400 makers réunis au Tri Postal avaient attiré plus de 7 000 visiteurs. La preuve d’un engouement de plus en plus palpable.

« Le terreau est déjà là. Notre but est d’y apporter notre contribution sans refaire ce que d’autres font très bien, mais en apportant notre pierre à cet édifice progressivement construit par les entreprises, les collectivités, les pouvoirs publics, les écoles et les universités, les habitants… ». Pour s’installer à Bois Blancs, l’enseigne spécialisée dans l’amélioration de l’habitat et le bricolage s’est adossée à l’Université Catholique de Lille et à Euratechnologies, deux acteurs incontournables de la transition en cours dans les Hauts-de-France. Le tout avec le soutien de la ville de Lille et de la MEL.

Le plus grand Techshop d’Europe

Quelques mois plus tard à peine, le Techshop est sorti de terre dans un quartier en pleine transition, à quelques encablures d’Euratechnologies. 2 400 m² d’ateliers et d’espaces aménagés au cœur de l’ancien lycée professionnel Jean Monnet qui en font le plus grand Techshop d’Europe et sans doute du monde – un record sur lequel Julien Ignaszewski préfère ne pas insister : « c’est secondaire. Le véritable enjeu, c’est de trouver un outil qui fonctionne, qui attire et qui donne envie à un maximum de personnes de donner du corps à leurs idées, qu’il s’agisse de personnaliser son intérieur ou de tester un produit dans un but commercial ».

Rénové, modernisé, l’ancien lycée offre à ses utilisateurs et aux visiteurs un espace hors du commun, entièrement dédié à la création, aux rencontres et à l’innovation. Espaces de coworking, cuisine collaborative,  ateliers, machines, espaces de stockage, salle de réunion, librairie, café-restaurant, labo d’initiation… Tout est là pour permettre à chacun de mener son projet à bien, de l’idée au prototypage et à la réalisation, et favoriser le brassage des compétences.

Modèle économique

A 3,4 millions d’euros l’investissement global – dont 1,5 million rien que pour les machines et 1,3 de travaux – on se pose nécessairement la question du modèle économique. Comment le lieu peut-il trouver son équilibre ? Une question secondaire pour l’instant, d’après l’enseigne qui estime que le but de l’opération n’est pas commercial.

« Pour l’instant, la question de la rentabilité n’est pas à l’ordre du jour. Nous espérons bien sûr trouver un équilibre, mais le but est d’abord d’apprendre et de tester, pour la bonne raison qu’il n’y a pas de précédent capable de servir de référence. Ce que nous avons mis en place n’existe pas en France  », assure le directeur du lieu, Julien Ignaszewski, qui insiste sur le côté novateur de la démarche et rappelle que l’enseigne prévoit de tester cinq modèles différents d’implantation. « Ici comme en région parisienne, c’est- une démarche apprenante. A Ivry-sur-Seine, nous avions choisi un lieu volontairement proche d’un de nos magasins. A Lille, c’est l’inverse : le premier Leroy Merlin est à 13 kilomètres… A terme, nous testerons d’autres lieux et d’autres façons de faire ». Pour l’enseigne, le but est ailleurs : se rapprocher de ceux qui innovent, trouver comment mieux répondre à leurs besoins et imaginer les produits et les services adaptés.

Le Techshop en chiffres

0
m² de locaux
0
machines

découpe laser, imprimante 3D, découpe jet d’eau, machines à coudre semi-professionnelles…

0
coachs

les « dream-consultants», pour accompagner les makers débutants ou déjà experts

0
ateliers spécialisés

soudure, textile, menuiserie, métal, peinture, électronique…

0
ateliers (et même plus) pour apprendre et se former

construire une table en bois, créer sa propre station météo, fabriquer sa planche de skate…

0
ans

l’âge requis pour pouvoir accéder aux ateliers

Adresse et horaires d’ouverture

Installé 30 rue Henri Regnault à Lille, le Techshop est ouvert 7 jours sur 7, de 9h00 à 22h30 du lundi au samedi et de 9h00 à 21h00 le dimanche. Metro : Bois-Blancs (ligne 2). Parking à 500 mètres, devant la piscine olympique M. Dormoy.

Conditions d’accès

Le Techshop propose une gamme d’abonnements et de forfaits pour pouvoir accéder aux machines et se former, du ticket journalier à la semaine découverte en passant par l’abonnement mensuel, trimestriel ou annuel et les inscriptions  à un catalogue de 70 formations (machines, logiciels…).  Tous les détails sont disponibles sur place ou sur le site web du Techshop, les abonnements se situent entre 60 et 250 €. Des conditions préférentielles sont prévues à destination des étudiants et des familles – y compris des enfants : l’espace est accessible dès 14 ans et le Techshop propose des animations spécifiques pour les 8-13 ans, à l’occasion de leurs fêtes d’anniversaire.

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR