batiments

Coordonner les opérations de rénovation des bâtiments dans un programme rev3 globalisé (plan bassin minier, quartiers pilotes, bâtiments publics, dont lycées…) : Ce projet de grande ampleur, à l’échelle de tout notre territoire, propose de fédérer les bâtiments et les quartiers rev3. Il s’agit de coordonner les expériences, de résoudre les blocages, de partager les expériences, pour profiter des avancées dans tous les domaines, de créer une dynamique, et enfin d’évaluer, de mesurer les résultats pour être capables ensuite de dupliquer les expériences. 

Partout en Hauts-de-France, nous devons rénover des bâtiments si nous voulons atteindre une bien meilleure efficacité énergétique, objectif primordial, identifié dans le Master Plan, mais aussi à l’échelle nationale, comme l’Ademe l’a encore souligné récemment.

Sur un plan technique, il faut, à grande échelle, rendre les bâtiments économes en énergie, pour les équiper ensuite, partout où ce sera possible, d’énergies renouvelables (photovoltaïque, thermique solaire, géothermie…) et de systèmes énergétiques performants (cogénération, autoconsommation liée au photo voltaïque).

Nous devons intégrer la mise en place progressive de réseaux électriques intelligents et des bornes de recharge, voire de capacités de stockage (batteries ou hydrogène). La composante numérique sera aussi présente, car demain, des bâtiments produiront et consommeront des données, comme ils produiront et consommeront de l’énergie: ce seront les nœuds des nouveaux réseaux maillés et la coordination des deux infrastructures énergies et données va être source de nouvelles efficacités.

Mais tout ceci ne se fera pas sans une gouvernance appropriée et sans une véritable démarche de participation. Mettre en réseau les acteurs de ces projets, usagers ou habitants d’abord, mais aussi élus et professionnels, pour partager les expériences, pour progresser sur les modes de gouvernance partagée, pour mieux intégrer les composantes sociales et sociétales, est fondamental.

Et nous n’échapperons pas à l’absolue nécessité de résoudre des questions réglementaires.

 Trois champs d’applications sont envisagés à ce jour:

1/ Le bassin minier avec 23000 logements, une grande ambition, la nécessité de trouver des financements à la hauteur de l’enjeu, mais aussi, comme des réalisations l’ont déjà prouvé, la possibilité de créer des dynamiques locales, de créer des véritables lieux à « habiter » qui tiennent compte de l’évolution des modes de vies en concertation avec les habitants, tout en faisant progresser l’usage des éco-matériaux, le savoir-faire des artisans, les filières courtes.

 2/ La création d’un réseau des quartiers rev3: Cinq quartiers en projet ont été identifiés à ce jour comme porteurs de la démarche Troisième Révolution Industrielle. Ce plan concernera donc dès à présent entre 1000 et 1500 logements, mais d’autres opérations pourront s’y inscrire, en particulier en Picardie. Une définition de ce qu’est un quartier rev3 s’esquisse.

 3/ Amplifier la dynamique rev3 sur le patrimoine des lycées de la Région en venant en appui du Plan Prévisionnel d’investissement (PPI) voté à hauteur de 845 millions d’euros jusqu’en 2021. L’aide sera plus spécifiquement axée sur le développement conjoint du numérique et des énergies renouvelables. Elèves et corps enseignant seront associés au programme et le pilotage sera assuré par les services de la Région.

Projet systémique s’il en est, lié à toutes les composantes de rev3 sans aucune exception, cette proposition sera riche d’enseignements et de progrès pour tous les métiers liés à l’acte de construire. Elle est porteuse d’une dynamique d’innovation, elle sera cohérente avec le développement de nouvelles infrastructures et devrait être rapidement créatrice d’emplois en région.

 Imprimer
RETOUR