Université de Lille : à Roubaix, l’IUT C s’apprête à faire peau neuve

Droit, commerce, informatique, gestion… Pluridisciplinaire, l’IUT de l’Université de Lille, à Roubaix, est réputé pour la qualité de son encadrement, ses liens avec le monde professionnel et l’efficacité de ses formations initiales ou continues. Né il y a 40 ans, il s’apprête à franchir une étape décisive de son histoire en quittant bientôt ses quartiers actuels pour s’installer dans un bâtiment flambant neuf, exemplaire de la démarche rev3. La première pierre a été posée le 7 février dernier.

Espaces administratifs et salles de cours dispersées, manque de mètres carrés, inconfort, mauvaises conditions thermiques et acoustiques… Avec le temps, le déménagement de l’IUT C s’avère de plus en plus nécessaire. Trente ans après son arrivée dans le bâtiment de l’ancienne poste de Roubaix, il souffre d’un environnement immobilier de plus en plus obsolète et de locaux qui ne sont tout simplement plus adaptés aux besoins d’une communauté universitaire moderne.

Déjà envisagé en 2009 dans le cadre de l’opération Plan Campus (voir encart), l’opération avait été retardée pour des questions financières. Cette fois, l’Université de Lille Droit et Santé a décidé d’investir sur ses fonds propres dans le cadre de son partenariat avec la SEM Ville Renouvelée, la structure dédiée au renouvellement urbain et au développement économique de l’agglomération lilloise. Avec un objectif : aller au-delà d’un simple déménagement pour doter l’IUT d’un bâtiment exemplaire en matière de gestion environnementale et énergétique. Et viser rien de moins qu’une triple certification Bepos, PassivHaus et HQE.

Le Plan Campus

L’Université de Lille porte l’un des douze Plans campus mis en place par l’État, dans le but de faire émerger des campus d’excellence sur le territoire et de valoriser l’attractivité de l’Université française. Dans la métropole lilloise, l’ensemble des chantiers planifiés (dont font partie Lilliad et le déménagement de l’IUT) est déjà en train de modifier les conditions de vie et de travail de la communauté universitaire, pour un montant d’investissements global supérieur à 450 millions d’euros.

Une première en France

D’un coût global de 22,2 millions – dont près de 21 financés par l’Université sur ses fonds propres – le futur bâtiment sortira de terre au cœur du Campus universitaire de Roubaix, véritable nouveau quartier de 23 hectares qui regroupe université, logements et restaurant universitaires, hôtel et bureaux…

Inscrit dans la démarche rev3, le projet contribuera aux objectifs bas carbone des Hauts-de-France tout en dotant l’Université d’un équipement évolutif et performant, aux coûts de fonctionnement réduits. Conçu par le groupe Demathieu et Bard avec le cabinet ANAA Architectes, l’immeuble est conçu pour ne consommer  que 31 kWh/m², une performance bien supérieure aux exigences réglementaires. Mieux, sa capacité à produire jusqu’à 34 kWh/m² grâce aux panneaux photovoltaïques installés sur son toit feront de l’IUT un bâtiment à énergie positive (BEPOS). Une première en France dans l’enseignement supérieur et une preuve de plus de l’engagement vert d’une métropole lilloise qui a déjà accueilli le premier bâtiment d’archives départementales à énergie positive de France.

inaug-iut-roubaixCe petit bijou de technologie de 5 143 m² de surface utile, bardé de capteurs, sera équipé d’un système de pilotage intelligent capable de mesurer en permanence une série de paramètres dans chaque local : présence humaine, température, taux de CO², hygrométrie, consommation des systèmes bureautique, du chauffage et de l’éclairage… Le tout sera géré en fonction des données enregistrées autour du bâtiment : température, ensoleillement, taux d’hygrométrie, vitesse et orientation du vent… En temps réel, l’IUT s’adaptera à son environnement extérieur et aux besoins de ses utilisateurs pour adapter au plus près son fonctionnement énergétique. Mieux : les données recueillies permettront d’alimenter un référentiel de données qui devrait permettre d’améliorer la modélisation des processus.

Pour garantir un niveau de performance optimal,  l’IUT a retenu le principe d’un marché conception-réalisation-exploitation-maintenance d’une durée de six ans – le temps nécessaire pour que l’IUT s’approprie le projet, au terme d’un processus de transmission des compétences qui lui permettra d’assurer lui-même le suivi de son fonctionnement.

Un outil pédagogique

Déjà ambitieux à ce stade, le projet ne se limite pas à ses aspects environnementaux ou énergétiques. Conçu comme un bâtiment à visée pédagogique, il est destiné à accueillir des projets de recherche. Pour le département STID (Statistique et Traitement Informatique des Données), l’ensemble des informations recueillies par le système de pilotage de l’IUT est une mine d’or, que les enseignants-chercheurs comptent bien utiliser dans leurs projets liés au Big data. Le département Technique de commercialisation, de son côté, s’intéresse à la mise en valeur du bâtiment et à son ouverture à d’autres publics. Enfin, son caractère démonstrateur permettra à l’IUT d’accueillir des équipes pluridisciplinaires – des projets autours de la biodiversité urbaine sont déjà à l’étude. Un vrai terrain de jeu, modulable, ouvert et accueillant… Ouverture prévue pour la rentrée 2018.

L’IUT C en chiffres

0
ans d'expérience
0
DUT et 14 licences professionnelles
0
étudiants
0%
de réussite
 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR