Crouzet Agencement fait bouger les meubles

Reprise en 2009 par Jean-Maurice Morque, la PME spécialisée dans l’agencement d’espaces professionnels innove à tous les étages, des produits au management. Portrait d’une entreprise ouverte. 

Pour entrer chez Crouzet Agencement, on passe nécessairement par les ateliers avant d’accéder aux bureaux. Tout bête, mais efficace : c’est d’abord la bonne odeur du bois et de la sciure qui accueille les visiteurs de l’entreprise installée 121 rue d’Alger, à Roubaix. Des machines, des artisans affairés, des parties de meubles en attente d’assemblage soigneusement rangées : de quoi mettre tout de suite dans le bain avant de croiser le gérant Jean-Maurice Morque ou l’un des membres de son équipe, riche de 16 personnes.

Parcours d’entrepreneur

Vingt ans salarié – la banque puis l’export, principalement dans les pays d’Europe de l’est – le gérant de la PME roubaisienne, Jean-Maurice Morque, dit avoir retenu quelques leçons de sa précédente vie : « l’importance de savoir s’adapter à la différence, la capacité à se faire comprendre en franchissant les barrières culturelles ou linguistiques, la ténacité… ». Une qualité formée au cours de ses seize mois de service militaire, quand le futur entrepreneur s’est retrouvé seize mois sur un navire – en découvrant dès le premier jour qu’il était sujet au mal de mer… « Quand on supporte ça, on apprend à ne jamais rien lâcher » sourit encore le gérant, convaincu qu’une faiblesse ou une contrainte ne demande qu’à devenir une force.

Poussé par l’envie récurrente de mener sa propre barque, Jean-Maurice Morque a renoncé au salariat, repris des cours de management puis joué les bras droits d’un cimentier du Nord avant de franchir le cap à 45 ans : « Je ne me voyais pas grandir à l’ombre d’un autre, si riche qu’ait pu être cette relation ». A la clef, la création de Baltimore, un cabinet spécialisé dans le conseil et la gestion de l’information, construit sur la conviction  que les entreprises qui réussissent sont celles qui s’appuient sur un système de communication performant. Circulation, transmission, gestion des priorités, relations internes et externes… Frustré de voir que ses clients ne suivaient pas toujours ses conseils, Jean-Maurice Morque franchit un nouveau cap en reprenant en 2009 Crouzet Agencement, une PME roubaisienne spécialisée dans le mobilier professionnel, à destination de l’hôtellerie, du commerce ou de la santé. Avec en tête l’envie d’innover tous azimuts, en commençant par les hommes.

Le pari de l’ouverture

« Beaucoup de PME ont tendance à vivre repliées sur elles-mêmes », observe Jean-Maurice Morque. « J’ai fait le pari exactement inverse ». A la clef, une politique d’accueil largement centrée sur les stages et l’apprentissage – Crouzet Agencement accueille 60 stagiaires-école par an. Autour d’un noyau historique, la PME accueille une foule de profils, immédiatement considérés comme des membres à part entière de l’équipe, de l’élève de 3e en stage de découverte aux apprentis en passant par des jeunes en insertion ou des salariés en pleine reconversion. D’où une diversité enrichissante pour une société qui a vu circuler tous les profils, des plus classiques aux plus surprenants. « L’une de nos salariées est une ancienne chercheuse du CNRS qui a décidé de changer de vie pour revenir à un métier plus concret, plus matériel », illustre Jean-Maurice Morque. D’autres, des jeunes en difficulté, retrouvent le goût du travail et de l’effort commun dans une équipe à géométrie variable, où les anciens forment les nouveaux – un rôle d’encadrement qui leur donne au passage l’expérience du management . « Beaucoup de patrons reculent à l’idée d’accueillir des apprentis parce que certains s’en vont ensuite. Je crois aux mouvements de personnes ; ceux qui passent par chez nous sont autant d’ambassadeurs de l’entreprise et de ses pratiques… Pour moi, nous formons une communauté élargie qui englobe jusqu’à nos fournisseurs et nos client. » Depuis l’arrivée du gérant, 300 personnes sont ainsi passées par les ateliers de la rue d’Alger.

Des logiques et des espaces de travail repensés

Original dans sa gestion des ressources humaines, Crouzet innove aussi par une organisation du travail et de l’espace ad hoc, appuyée sur un système de partage de l’information qui traduit les ambitions de son dirigeant. En interne, plus de mails : toutes les informations utiles (liste et répartition des tâches, rapports avec les fournisseurs, les prestataires et les clients, gestion des rendez-vous et des contacts…) sont partagées via un logiciel ad hoc. Dans les bureaux, personne n’a vraiment de place attitrée et chacun peut s’installer à sa guise.

Idem du côté des ateliers, caractérisés par des espaces de travail clairs et repensés par ceux-là mêmes qui les utilisent. Rangements, organisation du plan de travail… Une démarche inspirée du Lean Management, qui permet à chacun d’aménager son cadre quotidien en ‘adaptant à ses contraintes. L’un des postes a été complètement repensé sur le modèle des cuisines intégrées pour permettre à son utilisateur de retrouver instantanément l’outil dont il a besoin, rangé à une hauteur idéale pour ne pas se fatiguer inutilement le dos. Idem pour toute les petits fournitures, rangées à proximité immédiate des postes où on va en avoir besoin. A la clef, un gain de temps et de productivité.

Il faut savoir oser et savoir renoncer. C’est une des qualités de Crouzet : quand c’est nécessaire, nous savons très bien faire le deuil d’une idée ou d’un projet.
Jean-Maurice Morque

Des produits pas comme les autres

Spécialiste de l’ameublement et l’agencement d’intérieur, la PME a aussi élargi son scope à l’arrivée du dirigeant, bien décidé à se donner les moyens d’innover – quitte à abandonner toute piste qui ne se révélerait pas aussi prometteuse que prévu : « Il faut savoir oser et savoir renoncer. C’est une des qualités de Crouzet : quand c’est nécessaire, nous savons très bien faire le deuil d’une idée ou d’un projet. »

Premier constat : l’entreprise n’innove pas sans ses clients, très associés aux projets qu’ils confient à la PME roubaisienne. De l’agencement d’une boulangerie à la refonte des espaces d’une chaîne de restauration come les Trois Brasseurs, le travail croise le digital pour la conception, les métiers d’art pour la réalisation et le facteur humain pour la pertinence. Chaque projet est pensé avec chaque client, sur mesure et en fonction de ses attentes et de ses besoins.

PictimeSi le cœur de métier de la PME la lie traditionnellement avec les acteurs du commerce, de la santé ou de la restauration – meubles sur mesure, espaces de vente, caissons mobiles et casiers muraux encastrés, comptoirs, bars arrondis, l’entreprise sait s’adapter pour des projet originaux. A la clef, des meubles sans équivalent, à l’image de la banque d’accueil du groupe Pictime, un spécialiste du commerce digital implanté à la Haute-Borne : co-créée avec le client, elle s’inspire de la silhouette des caravelles de Christophe Colomb.

Convaincue de l’intérêt du mode participatif, Crouzet Agencement a eu l’idée de favoriser la tendance chez ses clients en lui proposant des produits conçus pour favoriser l’inventivité. Au terme d’un effort de recherche de 400.000 euros dont la moitié financée par Bpifrance qui lui a par ailleurs décerné le label Entreprise Innovante, Crouzet a développé deux produits originaux, Thinkwall et T-Wall.

Le premier est une paroi très colorée,  stratifiée et aimantée sur lesquels il est possible d’écrire au feutre effaçable. Idéal pour libérer les idées : « On réfléchit mieux debout plutôt qu’assis autour d’une table » explique Jean-Maurice Morque. « Avoir un feutre à la main, c’est une façon de stimuler la spontanéité ». Le second est une version mobile du premier, conçue pour multiplier les possibilités d’agencement. Petits ateliers, conférences, restitutions, travaux de groupe… Ces murs de travail inscriptibles magnétiques, conçus en forme de T, permettent de construire à sa guise des espaces de travail ouverts, agiles, collaboratifs, actifs et stimulants.

Innovante à tous les étages, Crouzet est-elle pour autant une de ces fameuses entreprises libérées ? Pas nécessairement, pour Jean-Maurice Morque qui admet volontiers reprendre la main en cas d’urgence : « c’est plutôt une entreprise en marche constante vers la libération ». Sur les plaquettes de le PME, une citation d’Einstein est en tout cas là pour rappeler une conviction au cœur de l’entreprise : « La créativité : c’est l’intelligence qui s’amuse ».

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR