ADIMAKER : une formation 3.0 pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises

Expérimenter, fabriquer, croiser les disciplines… Parti des États-Unis, le mouvement des makers – littéralement les « faiseurs », même si « bidouilleurs » serait plus juste – s’installe dans l’Hexagone. Pour la traduire dans ses cursus, Yncréa Hauts-de- France, l’association qui réunit HEI, ISA et ISEN Lille, lance en octobre prochain la formation ADIMAKER, nouvelle déclinaison de sa marque « ADI » (ADICODE, ADICITÉ…). L’idée ? Proposer une alternative innovante à ses cursus classiques.

logo-adimaker-01

Apprendre autrement ? Chiche. ADIMAKER, est une formation alternative d’une durée de deux ans qui s’adresse aux bacheliers issus des filières générales et technologiequs S, ES, STI2, STAV, STL. Fortement centrée sur les pédagogies actives et innovantes, ADIMAKER offrira un choix à ses élèves au terme des deux ans de leur cursus : soit poursuivre leurs études dans les cycles ingénieurs classiques des écoles HEI, ISA et ISEN Lille, soit rejoindre des formations identifiées avec des partenaires académiques. Pour intégrer l’une des 96 places, pas de concours ou de dossiers mais des entretiens collectifs destinés à jauger la motivation des candidats, élément premier d’évaluation. Seuls prérequis: être motivé, débrouillard et avoir un projet en tête. « Bienvenue aux élèves passionnés et curieux de technologie ! » résume Christian Godart, le directeur de la nouvelle formation.

Changement d’époque

Pourquoi maintenant ?« Son lancement s’explique par le cumul de plusieurs facteurs : l’expérience des pédagogies actives accumulées dans nos écoles et renforcée par notre projet ADICODE (ateliers de l’innovation et du codesign), le besoin qu’expriment les lycéens de se voir offrir des formations différentes, l’apparition de financements qui soutiennent les innovations pédagogiques, un besoin  de nouvelles compétences exprimées par les entreprises… ». Aux yeux du groupe, tout converge pour permettre la création d’une formation basée sur le concret, la démarche transdisciplinaire et des contenus tournés vers les enjeux de demain : transition énergétique et sociétale, révolution numérique, nouveaux usages, robotique…

L’idée d’ADIMAKER mûrit depuis un moment déjà.
Céline Dubois-Duplan, Directrice marketing et innovation du groupe Yncrea

« L’état d’esprit « maker » repose sur l’idée du « learning by doing », qui veut qu’on apprend en faisant. D’où une approche par compétences, basée sur l’immersion dans des situations réelles. Tout repose sur une pédagogie par projets, basée sur des cas d’entreprises et assortie d’une expérience à l’international et d’un stage », explique Christian Godart. Autrement dit, c’est en partant du « faire » que l’équipe pédagogique accompagnera les étudiants et les guidera vers des ressources de connaissances, dans l’idée de transformer les expériences en compétences.

Céline Dubois_Duplan Christian Godart ADIMAKER

Environnements innovants

Pour mettre en œuvre cette pédagogie qui s’active, ADIMAKER prévoit de s’appuyer sur des environnements d’apprentissage innovants : les démonstrateurs. « Ce sont des lieux dans lesquels il est possible de réaliser des projets concrets, d’expérimenter en condition réelle et en grandeur nature. Les étudiants passeront par un appartement réel, dédié à la domotique et à l’internet des objets. Ils pourront travailler dans une véritable ferme urbaine ou dans un démonstrateur de ce que sera l’usine du futur. Partout sur le campus et dans le quartier, il sera possible de conduire et de tester à l’échelle réelle des projets déterminants pour la conception de la ville du futur » explique Christian Godart.

Les étudiants auront également accès aux espaces ADICODE et au TechShop Leroy Merlin, avec lequel a été conclu un partenariat spécifique. « Il  va permettre aux étudiants d’accéder tout au long de leur parcours aux formations du TechShop et à son parc de 150 machines, ce qui leur permettra de prototyper, de tester et de fabriquer dans un milieu collaboratif et communautaire » se réjouit Céline Dubois-Duplan.

Le dispositif permet de multiplier les interactions avec des communautés d’acteurs (start-up, entreprises, communauté TechShop…) et favorise la capitalisation des compétences.

Emploi du temps ternaire

A quoi ressemblera la semaine de travail des heureux élus ? Elle se décomposera  en trois parties pour articuler le travail collaboratif et l’investissement individuel. Premier tiers : les cours. TD, TP… Classique ? Oui et non : certains enseignements se feront à distance ou en anglais, d’autres suivront le modèle de la classe inversée… Deuxième tiers : un travail collectif sur des projets réels d’entreprises, au travers d’études de cas. Enfin, le troisième temps est consacré à du travail individuel encadré.  « L’évaluation continue permettra la validation des compétences identifiées. Notre partenariat avec le  CNAM permettra de formaliser officiellement les acquis du parcours » conclut Christian Godart.

Nouvelle passerelle vers les formations d’ingénieurs, ADIMAKER propose des modalités pédagogiques alternatives aux classes prépas intégrées, marque de fabrique des trois écoles du groupe Yncréa. Au risque de les cannibaliser ? Non, pour Céline Dubois-Duplan.  « C’est au contraire un moyen complémentaire d’attirer vers des études d’ingénieurs des élèves qui perçoivent les classes préparatoires comme un frein, ce qui répond à un phénomène d’autocensure chez certains élèves ». En ce sens, ADIMAKER est à la fois un outil de diversification du recrutement et une manière d’attirer des personnalités différentes vers les métiers de l’ingénieur.

 Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *

RETOUR